DIALOGUES D’ AVENIR VISIOCONFÉRENCES

Les cofondateurs : Jean Cluzel, Bernard Barraux, François Lacoste,
Jean-Jacques Rozier, Michel Boiron, Jean-Louis Chambon

Le partenaire européen : Fondation Robert Schuman
(présidée par Jean-Dominique Giuliani)

Le partenaire africain : Abba Singoro Touré à Bamako

L’ingénieur responsable de la technique : David Juni – DIGIPLACE

Ces réunions, les premières d’une longue série ; mais il y en eut de nombreuses depuis janvier 1955 dans cette Maison du Marais qui fait maintenant partie de la Fédération Nationale des Maisons d’écrivain et des Patrimoines littéraires depuis janvier 2011.

Réfléchissons au Pourquoi et au Comment de ces Dialogues d’Avenir.

Pourquoi ?

Parce qu’il faut prévoir et comprendre pour agir.

Exemples :

1939 : rien n’avait été prévu et les résultats furent “Mai 1940”
1948 : Plan Marschall : et ce fut le début de la reconstruction
1950 : Plan Schuman-Adenauer : et ce fut après des siècles et des siècles de guerres le début d’une Europe en Paix
1945-1975 : Les Trente Glorieuses qui furent les résultats de générations courageuses

Le XXIe siècle

Le siècle sera celui de tous les bouleversements

Vingt siècles depuis le début de notre ère nait un Monde nouveau

o Dans les relations d’un bout à l’autre de la terre
o Dans les manières de vivre
o Dans l’importance, la rapidité et la localisation de progressions démographiques en Asie et en Afrique accompagnées de dépressions en Europe

Voici les chiffres :

1900 : Au début du siècle, la population mondiale était estimée à 1 milliard ;
1950 : au milieu du 20e siècle 2,5 milliards ; à la fin du 20e siècle un peu plus de 6 milliards,
2010 : 7 milliards
2050 : près de 9 milliards.

Certes il est impossible de prévoir l’évolution de la démographie un siècle ou deux à l’avance ! Mais si l’on prévoit à 40 ans, les filles qui auront à leur tour des enfants sont déjà nées ; il suffit alors de multiplier par le taux de fécondité et l’on peut connaître l’évolution démographique !

Sur ces 2 milliards d’êtres humains qui vont naître dans les 40 ans qui viennent, près de 1 milliard se trouve en Afrique subsaharienne et autant en Asie. Une partie de l’humanité va donc rapidement progresser. Mais, l’Europe va stagner, ce qui entraînera l’élévation de l’âge moyen de la population.

Il nous faut donc tendre la main à l’Afrique comme les USA l’ont fait en faveur de l’Europe par les armes en 1941 puis par l’aide économique à partir de 1948.

Les Américains avaient commis en 1920 l’erreur de nous avoir aidés à gagner la guerre mais de nous contraindre à perdre la Paix. Heureusement ils n’ont pas récidivé en 1945-1946. Ils ont donc créé le Plan Marshall en prêtant de l’argent aux pays européens pour se reconstruire.

Comment agir ?

Trois actions sont possibles
– Microcrédit
– Information humaniste, de continent à continent
– Formation aux responsabilités économiques et sociales par stages d’apprentissage

Les Américains, par le Plan Marshall nous ont permis de relancer l’économie ; simultanément ils ont accepté de former chez eux, des ingénieurs, des cadres, des ouvriers spécialisés, aux techniques de la productivité. Voilà ce que nous pourrions essayer de faire en coopération avec l’Afrique en commençant par le Mali. Pourquoi le Mali ? Parce que les conseillers généraux de l’Allier savent qu’en 1988, il y a longtemps, nous avions passé un accord de partenariat avec le Cercle de Niafounké plus connu sous le nom de Tombouctou, entre le département de l’Allier et ce Cercle ; vingt-deux ans déjà ! Cet accord s’est poursuivi sous des majorités différentes, Bernard Barraux, François Lacoste, Maurice Brun et Jean Jacques Rozier qui préside aujourd’hui l’Organisation, ont continué ! C’est pourquoit, ces premières visioconférences se tiennent sous le regard d’amis du Mali.

Deuxième action : C’est ce que nous avons commencée le 4 mars avec Jean Dominique Giuliani, Président de la Fondation Robert Schuman. Grâce à un échange d’informations, un échange d’idées, dans le respect absolu de l’Afrique, de son histoire et de ses cultures.

De plus, nous avons lancé une opération de microcrédit : À vingt et un nous avons créé un site cluzelfondations.org qui travaille avec Babyloan, première plateforme européenne de microcrédit sur Internet. Chacun peut ainsi trouver tous les renseignements s’il souhaite participer, directement, à cette action ayant commencée le 1er juillet 2010. À fin juin 2011 nous avons déjà aidé 215 entreprises, (mini-entreprises à vrai dire !) au Vietnam, au Cambodge, au Bénin, au Togo, et quelques unes en France, puisque nous avons le droit de le faire depuis le 1er février. Nous allons poursuivre !

Conclusion :

N’attendons pas !

Jean Cluzel

Membre de l’Institut

Ce contenu a été publié dans Positions Juin 2011. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.